International WRC

Manu Guigou et Alpine sur le podium du Rallye Monte-Carlo

Le 90e Rallye Automobile Monte-Carlo donnait le coup d’envoi du cinquantième Championnat du Monde FIA des Rallyes et de la Coupe du Monde FIA R-GT 2022. En parallèle du duel titanesque opposant Sébastien Loeb et Sébastien Ogier dans la catégorie reine, Manu Guigou et Kévin Bronner menaient une course rapide et appliquée en menant l’Alpine A110 Rally préparée par Code Racing Development à la deuxième place de la classe R-GT et à la dix-huitième position toutes catégories confondues.

Véritable monument du sport automobile, le Monte-Carlo a vu Alpine écrire de belles pages de son histoire dans les Alpes après les succès de Jacques Feret (1964), Ove Andersson (1971) ou encore Jean-Claude Andruet (1973). Cette dernière victoire était d’ailleurs à l’honneur en cette année marquant la cinquantième saison du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

La nuit du Turini en tête

Après s’être imposé l’an passé pour célébrer triomphalement le retour de la marque au A fléché sur les routes à l’origine de sa légende, Manu Guigou prenait son deuxième départ sur l’épreuve afin de lancer sa deuxième campagne internationale en Coupe FIA R-GT.

D’entrée dans le rythme sur un terrain pollué par le passage de la trentaine de quatre-roues motrices engagées en Rally1, Rally2 et Rally3 s’élançant avant lui, Manu Guigou s’immisçait au cœur des meilleurs équipages alignés en Rally2 avec le scratch dans Lucéram-Lantosque. S’il voyait ensuite le meilleur temps lui échapper pour trois dixièmes dans l’emblématique col de Turini, l’Ambassadeur Alpine retrouvait le parc d’assistance de Monaco peu avant minuit avec sept secondes d’avance en tête du R-GT.

« Notre travail mené en essais a rapidement porté ses fruits », expliquait Manu Guigou. « Nous avons pris la tête au départ, mais nous savions que le rallye était long, encore plus sur un monument tel que le Monte-Carlo et son parcours grandement renouvelé cette année. »

Manu face aux défis du Monte-Carlo

Malgré un choix de gommes un peu trop tendres dans la première boucle du vendredi, Manu Guigou concédait du terrain sur la tête de la course. Rapide et appliqué sur des routes aux conditions mixtes, le pilote Code Racing Development choisissait alors d’assurer sa deuxième place dans l’optique du championnat et s’offrait le deuxième meilleur temps sur les six spéciales du jour tout en continuant de s’immiscer parmi les Rally2. Les défis du Monte-Carlo se faisaient encore plus présents samedi avec une portion enneigée de part et d’autre du col de Fontbelle. Manu Guigou optait alors pour une monte croisée afin d’éviter les écueils du parcours.

« Le Monte-Carlo est réputé pour les compromis qu’il impose sur une même boucle de secteurs chronométrés », détaillait Manu Guigou. « Nous sommes parfois amenés à en faire deux sur un terrain sec, puis une autre avec cinq kilomètres de glace. Nous avons ainsi dû rouler avec une monte croisée, c’est-à-dire avec des pneumatiques slicks et des pneumatiques contacts en diagonale… Autant dire que cela ne rend pas le pilotage évident avec une propulsion puisque la voiture est en travers, même en ligne droite ! Je dois toutefois saluer Michelin pour son excellente gamme couvrant tout l’éventail des conditions rencontrées ce week-end. Des SS01 les plus tendres aux H30 les plus durs en passant par les S10 et M20, sans oublier les contacts, les cloutés et les pluies, nous pouvons nous adapter à toutes les situations. Il n’y a plus qu’à mettre le bon composé au bon moment ! »

Déjà dix-huit points au compteur

Dimanche, le vice-champion du monde 2021 abordait les quatre spéciales décisives avec de gros points dans son viseur. Toujours présent dans le top trois de sa classe, Manu Guigou retrouvait finalement Monaco au deuxième rang du FIA GT et à la dix-huitième place toutes catégories confondues, soit quatre positions plus haut que l’an dernier !

« Je suis ravi d’être à l’arrivée, car cela n’est jamais chose donnée au Monte-Carlo », résumait Manu Guigou. « Nous avons connu une édition plutôt sèche, mais cela ne veut en rien dire qu’elle était plus facile puisqu’il fallait souvent rouler avec des slicks dans des conditions compliquées alternant sec, mouillé, boue et verglas. Malgré tout, ce terrain sinueux était favorable à une voiture légère et agile comme l’Alpine avec une adhérence bien meilleure que l’an passé. Je tiens à remercier mes ouvreurs, Thierry Pascal et Florian Barral, qui ont bien maîtrisé leur sujet en nous fournissant les précisions nécessaires pour nous permettre d’aller plus vite ou d’éviter les pièges. En parallèle, cette première collaboration avec Code Racing Development s’est très bien déroulée, la mécanique et la fiabilité ont été irréprochables, comme sur toutes les Alpine présentes au départ, et nous avons déjà pu cibler ensemble des axes de progression pour la suite. »

« Nous avons pris la tête au départ avant de maintenir confortablement notre deuxième position », concluait Manu Guigou. « Dès que nous avons compris que la victoire serait compliquée à aller chercher à la régulière face à un rival ne disputant pas l’intégralité de la saison, nous avons préféré assurer de gros points, comme Craig Breen face aux Sébastien dans la catégorie reine. Notre mission est donc remplie avec dix-huit unités inscrites sur l’un des rallyes les plus difficiles au monde. J’ai déjà hâte de prendre la direction de l’Espagne pour la deuxième étape de ce programme international et je tiens à remercier une nouvelle fois tous les partenaires nous permettant de vivre cette véritable aventure sportive et humaine en Coupe du Monde avec Alpine ! »

Le prochain rendez-vous de Manu Guigou le mènera pour la première fois de sa riche carrière sur les spéciales du Rally Islas Canarias (14-15 mai).

Partenaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires