International WRC

BMA sur le podium au Monte Carlo et en Roumanie !

Avec des participations au Monte-Carlo et au Winter Romania Historic Rally, BMA a connu un week-end intense. Au Monte-Carlo, Grégoire Munster (Hyundai i20 N Rally2) et Marijan Griebel (Opel Corsa Rally4) ont décroché deux places sur le podium pour BMA, en WRC2 Junior et en RC4. Frédéric Rosati (Hyundai i20 N Rally2) a conclu l’épreuve au septième rang en Master Cup. En Roumanie, BMA a décroché un top 3 en deux roues motrices avec Francis Heyse (Porsche 911 Carrera RS Proto). Dans cette même catégorie, Philippe Dubaere (Porsche 911 Carrera RS Proto) a terminé quatrième et Jérôme France (Porsche 911 Carrera RS Proto) septième. Emile Breittmayer (Subaru Impreza 555) était en route vers une troisième place pour ses grands débuts, mais dimanche après-midi, il est parti à la faute, de quoi l’obliger à renoncer.

BMA était présent avec trois voitures au départ du Monte-Carlo, épreuve qui célébrait son 90ème anniversaire. Et même si la neige a été plutôt rare, ce rallye reste mythique et tout le monde aspire à y participer au moins une fois. Pour Grégoire Munster, il s’agissait de la troisième participation. Après une entrée en matière difficile, Munster sonnait la charge le samedi, et alors que quatre spéciales restaient à disputer, il figurait sur le podium provisoire aussi bien en WRC2 qu’en WRC2 Junior. Au classement général, cela se traduisait par une superbe neuvième place provisoire. « Avant le rallye, nous avions testé sur la neige et la glace. Hélas, ce Monte-Carlo est resté sec, et jeudi soir, nous avons démarré avec un set-up que nous n’avions pas eu l’occasion de valider auparavant. En outre, juste avant l’envol de la première spéciale, un problème est apparu avec les phares, dont nous ne pouvions profiter que de la moitié de la capacité. Vendredi, le set-up a été affiné, et nous avons travaillé dans la bonne direction. Samedi, le team m’a fourni une voiture avec laquelle je pouvais réellement attaquer, ce qui a permis de conclure la journée au troisième rang en WRC2 et deuxième en WRC2 Junior. Dimanche, je voulais encore améliorer cette position, mais une crevaison a tout compromis. Malgré cela, je tire un bilan positif de cette épreuve, lors de laquelle, après un départ difficile, nous avons clairement haussé le rythme’’, explique Grégoire Munster.

Les chiffres ne disent pas toujours tout, mais dans le cas de Marijan Griebel, ils sont parlants. Avec huit meilleurs chronos et autant de deuxièmes meilleurs temps en RC4, on peut affirmer qu’il a effectué des débuts impressionnants au Monte-Carlo, disputant un rallye aussi solide que constant, qu’il a conclu par une deuxième place en RC4. « Le Rallye de Monte-Carlo a dépassé toutes mes attentes. Peut-être avons-nous été un peu trop prudents jeudi soir et vendredi matin, mais sans test préalable, je ne voulais pas prendre tous les risques. Les conditions étaient vicieuses. Dès vendredi après-midi, nous avons haussé le rythme sans néanmoins chercher la limite, ce qui nous a permis de remporter huit spéciales sur les dix encore disputées. BMA, qui a déjà pas mal d’expérience avec la Corsa, m’avait préparé une voiture parfaite.’’

Frédéric Rosati a disputé son tout premier rallye de championnat du monde. En raison de l’absence de neige et de glace, ce Monte-Carlo était en fait un rallye sur asphalte. Et c’est précisément sur cette surface que Rosati a le moins d’expérience. Cela s’est traduit par une épreuve difficile. Le Monte-Carlo a donc pris l’allure d’un long apprentissage, et en atteignant l’arrivée, il a pu accumuler les kilomètres et l’expérience, ce qui n’est pas anodin en vue du futur du pilote français, qui veut encore prendre part à plusieurs rallyes mondiaux cette année. Avec son expérience de la neige et de la terre, il peut aspirer à de beaux résultats en WRC2 Master Cup, ce dès le Rallye de Suède fin février.

Lors de la première journée du Winter Romania Historic Rally, les concurrents ont dû composer avec un peu de neige, mais surtout avec un parcours gelé. Dans la nuit de samedi à dimanche, la neige est par contre tombée en quantité, soit une couche de 20 centimètres, et la journée finale du rallye a pris l’allure d’une toute autre épreuve. Pour Francis Heyse, il ne s’agissait que d’une deuxième participation en Roumanie. Le pilote belge a livré une prestation aussi régulière qu’intelligente, effectuant de constants progrès pour finalement prendre la troisième place de la catégorie des deux roues motrices. Heyse a enregistré de gros progrès au niveau des notes, que ce soit dans leur réalisation, leur compréhension et leur affinement.

Philippe Dubaere a finalement encore pu prendre part à une épreuve. Son agenda professionnel chargé, et les effets d’une crise sanitaire toujours bien présente, ont eu pour effet de limiter le temps qu’il pouvait consacrer au rallye. Mais le week-end dernier, il a pu retrouver le volant de la Porsche. Un manque de rythme a eu pour conséquence qu’il lui a fallu un certain temps pour tenir son rang au milieu des voitures à deux roues motrices. Mais en dépit d’un manque d’expérience et de compétition, il a conclu l’épreuve à une belle quatrième place de catégorie.

Jérôme France est un Français qui vit depuis 20 ans déjà en Roumanie. Il est surtout connu pour ses participations en course de côte. Le week-end dernier, il s’est retrouvé pour la première fois au volant d’une Porsche, avec un copilote inexpérimenté et sur une surface qu’il découvrait. C’est en toute dernière minute qu’il a en outre décidé de prendre le départ de cette épreuve. Après d’inévitables hauts et bas, il a terminé à une jolie septième place de catégorie.

Le quatrième pilote BMA en Roumanie était Emile Breittmayer. Pour sa première participation avec la Subaru, il s’est mis en évidence. Le samedi, il remportait trois spéciales et terminait à cinq reprises dans le top trois, ce qui lui permettait de conclure la journée en troisième position. Le lendemain, il entendait se maintenir dans ce top 3, jusqu’au moment où, dans l’après-midi, il est parti à la faute, de quoi le contraindre à l’abandon. Mais c’est l’enthousiasme et la compétitivité de Breittmayer que l’on retiendra.

Partenaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires