Marques

Une dernière danse pour la Skoda Octavia WRC

Skoda Motorsport va dire adieu ce week-end à la voiture qui lui a permis de s’inscrire au plus haut niveau du Championnat du Monde des Rallyes. La Skoda Octavia WRC s’apprête à disputer sa dernière épreuve avant d’être remplacée par la très prometteuse Fabia WRC après cinq saisons, 48 épreuves et 111 engagements en Championnat de Monde.

Toute l’équipe Skoda aura pour objectif de terminer en beauté la carrière de l’Octavia. A Chypre, théâtre de la septième épreuve de l’année, elle devrait une nouvelle fois briller par sa robustesse légendaire. Assez proche de l’Acropole dans sa surface, le Rallye de Chypre diffère par le dessin différent de ses spéciales, plus étroites et plus tortueuses et dont les vitesses moyennes ne passent que rarement au-dessus des 70km/h.

Depuis le début de saison, Skoda Motorsport a inscrit des points sur chaque épreuve. Que ce soit sur l’asphalte enneigé du Monte-Carlo, sur les pentes de la Cordillère des Andes ou dans les longs enchaînements de courbes en Nouvelle-Zélande, les Octavia se sont toujours montrées à leur avantage.

Didier Auriol, Champion du Monde 1994, explique en quoi l’épreuve chypriote est particulièrement difficile : « C’est un rallye piégeux. C’est assez technique avec tous ces virages, ce qui signifie qu’il faut avoir une bonne approche de l’épreuve avec un set-up de base très bien équilibré. Les routes sont très cassantes alors il faut une voiture solide. Mon expérience y est assez limitée car je n’ai pas disputé ce rallye l’année dernière. Mais si je trouve le bon feeling, tout est possible. Nous verrons bien. » 

La surface étant assez proche de celle rencontrée en Grèce, l’expérience engrangée il y a deux semaines sera importante pour l’équipe Skoda Motorsport. De larges sillons et de grosses pierres peuvent agrémenter les deuxièmes passages en spéciales. Les hautes températures peuvent également laisser la place à de gros orages comme ce fut le cas la saison dernière, rendant très difficiles à négocier les dizaines d’épingles. Le Rallye de Chypre est l’épreuve la plus lente de la saison mais aussi l’une des plus difficiles à négocier comme en atteste le nombre important de pilotes ayant mis leur voiture sur le toit la saison dernière : 6 !

Toni Gardemeister, comme Didier Auriol, n’a participé qu’à deux reprises au Rallye de Chypre : « Personnellement, je trouve cette épreuve très difficile. Il est difficile de trouver le bon rythme car l’élan est toujours cassé au fil des virages. C’est juste virage après virage, il faut être très précis, avoir d’excellentes notes, une grande concentration et une voiture assez solide pour encaisser les chocs. Si nous arrivons à éviter tous les problèmes, nous pourrions être en bonne position pour marquer des points. »

Le rallye est basé à Limassol, destination bien connue des amateurs de farniente sur les bords de Méditerranée. Si la nouvelle ville est bâtie par de grands hôteliers, la vieille cité a conservé tout son caractère, avec des habitantes marquées par le soleil et toujours vêtue de noir. En quittant la ville, les pilotes disputeront les spéciales dans les monts Troodos…

« Nous avons conservé les mêmes spécificités qu’en Grèce, explique Pavel Janeba, team manager de Skoda Motorsport. Aujourd’hui, toutes nos ressources sont concentrées sur l’arrivée de la Fabia WRC. Bien sûr, nous gardons toujours en tête de marquer des points, mais je pense que ce sera plus difficile qu’à l’Acropole. Il y a beaucoup de virages très lents. Je sais que toute l’équipe fera de son mieux. Je pense qu’à la fin du rallye nous dirons un grand « merci » à l’Octavia pour tous les bons moments que nous avons passé ensemble. »

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback
7 mois il y a

[…] Rallye de Chypre 2003 a marqué la fin d’un heureux chapitre pour Skoda Auto avec la dernière apparition de l’Octavia WRC comme voiture officielle de la marque tchèque, une […]