Histoire Marques Peugeot

Retour sur un fabuleux triplé…

C’était en 2002, Peugeot et les 206 WRC après un doublé déjà en Suède, continuait à écraser la concurrence en WRC en triomphant le rallye suivant en Catalogne par un triplé historique. « Tarmac Master » en chef de file gagnait sur les routes Catalanes en s’offrant un 360 devenu mythique devant Marcus Gronholm et Richard Burns. Retour sur cet exploit des lionnes en mondial…

Après son récent doublé obtenu sur la neige suédoise, Peugeot et ses lieutenants Gilles Panizzi (1er), Marcus Grönholm (2e) et Richard Burns (3e) ont une nouvelle fois triomphé ce week-end, au Tour de Corse. Le trio a pris les commandes du rallye sous le soleil de la 1ère étape et a enfoncé le clou sur les routes détrempées de la 2e étape.

Ce résultat permet à l’équipe championne du monde de compter 16 points d’avance sur la concurrence, tandis que le champion du monde 2000 Marcus Grönholm consolide sa position en tête du classement Pilotes.

La Citroën engagée à titre privé de Philippe Bugalski s’adjugeant la 4e place, la mieux placée des non-Michelin est la Subaru de Petter Solberg (5e), reléguée à plus de 2 minutes de Panizzi.

Le petit prince de l’asphalte Gilles Panizzi fut une nouvelle fois fidèle à sa réputation ce week-end en signant sa quatrième victoire mondiale sur cette surface et en assurant à Peugeot-Michelin son sixième carton plein sur l’asphalte pur depuis son premier succès ici en 2001. Le Français s’est montré le plus rapide sur les quatre premières spéciales du vendredi, avant d’en remettre un coup lorsque le ciel s’est assombri samedi, histoire de se mettre définitivement à l’abri.

Marcus Grönholm et Richard Burns ont constitué une solide arrière-garde pour Peugeot tout au long du week-end et ont eux aussi sabré le champagne cet après-midi. Les pilotes Subaru Petter Solberg (5e) et Tommi Mäkinen ont quant à eux été les seuls à infiltrer – momentanément – le podium, mais le premier cité fut retardé par deux crevaisons et le quadruple champion du monde partit en aquaplaning et rendit son carnet le 2e jour. Solberg a terminé l’épreuve en tête des pilotes non-Michelin en 5e position, mais à plus de 2min28s de son rival français.

Le patron de Peugeot Sport Corrado Provera a fait éloge de Michelin pour son rôle essentiel dans ce triomphe sur l’île méditerranéenne. Ce week-end, les pneumatiques français ont signé leur onzième victoire d’affilée sur asphalte et brisé définitivement cette réputation selon laquelle les pneus Michelin seraient moins performants sur asphalte mouillé. En effet, grâce à son pneu intermédiaire (Michelin TA) lorsque le ciel s’assombrit le 2e jour, Panizzi, Grönholm et Burns ont collectivement creusé l’écart, forçant leurs adversaires à rendre les armes.

Le Tour de Corse ne figurant pas au programme de Citroën Sport en 2002, Philippe Bugalski avait décidé de participer à son rallye national sur une Xsara WRC-Michelin engagée à titre privé, histoire de tordre le cou à la fatalité dans cette épreuve où il était sorti de la route dans l’ES1 l’an passé. Malgré un départ prudent, Bug a vu ses efforts récompensés par une belle 4e place, encourageant pour le rallye de Catalogne dans deux semaines où le Français sera de retour aux côtés de Sébastien Loeb et Thomas Radström dans l’équipe officielle.

Carlos Sainz (6e, Ford), le seul pilote autre que Grönholm à avoir marqué des points au Monte-Carlo, en Suède et en Corse, a finalement empoché le dernier point « Pilotes » et en a ramené « Constructeurs » à son équipe. Ford aurait pu espérer mieux de son voyage insulaire, mais Colin McRae est sorti de la route dans l’avant-dernière spéciale alors qu’il était 4e. L’Ecossais, qui fut sévèrement blessé ici même deux ans plus tôt, s’en est plutôt bien tiré cette année malgré un petit doigt cassé. Il espère pouvoir être rétabli pour l’Espagne.

La 7e place pour François Delecour a apporté quelques points supplémentaires dans l’escarcelle de Mitsubishi-Michelin ; en progrès avec la nouvelle Lancer Evolution. De leur côté, les pilotes Hyundai-Michelin Freddy Loix (9e) et Armin Schwarz (13e) se sont déclarés satisfaits de la puissance supplémentaire et du potentiel de la nouvelle Accent WRC3 qui débutait ce week-end sur l’asphalte corse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *